HomeActualité ITAntivirus Kaspersky : un risque pour la sécurité des États-Unis ?

Antivirus Kaspersky : un risque pour la sécurité des États-Unis ?

Le fabricant de logiciels antivirus Kaspersky Labs, basée à Moscou, a été ajouté à une liste fédérale d’entreprises technologiques russes qui présentent « un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis ».

 

Kaspersky plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde

La société de cyber sécurité basée à Moscou, qui affirme avoir plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde, a été ajoutée, vendredi, à la liste des entités restreintes de la Commission fédérale des communications aux côtés de deux sociétés chinoises. Maintenant que Kaspersky figure sur la liste qui comprend également Huawei et China Telecom, entre autres entreprises chinoises, les entreprises américaines n’ont pas le droit d’acheter ses produits ou services en utilisant des subventions fédérales.

 

Soupçon d’espionnage de la part de la Chine et la Russie

La présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel a déclaré dans un communiqué que cette décision « aidera à protéger nos réseaux contre les menaces posées par des entités soutenues par les États chinois et russe qui cherchent à se livrer à l’espionnage et à nuire autrement aux intérêts de l’Amérique ».

Dans une déclaration au Post, Kaspersky a accusé la FCC de faire de la politique au milieu de l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine. « Kaspersky est déçu de la décision de la Commission fédérale des communications », a déclaré Kaspersky. « Cette décision n’est basée sur aucune évaluation technique des produits Kaspersky que l’entreprise défend en permanence mais est plutôt prise pour des raisons politiques. »

Ce n’est pas la première fois que Kaspersky, qui prétend être la plus grande société privée de cyber sécurité au monde, est embourbé dans une controverse politique américaine. En 2017, le gouvernement américain a déclaré que des pirates informatiques russes avaient utilisé le logiciel Kaspersky pour dérober des documents classifiés à la National Security Agency. L’administration Trump a, par la suite, interdit à toutes les agences américaines d’utiliser le logiciel Kaspersky, invoquant des problèmes de sécurité nationale.

 

Kaspersky, vulnérable à l’influence du Kremlin

À l’époque, les responsables américains ont déclaré que Kaspersky était vulnérable à l’influence du Kremlin – une allégation que la société a niée et critiquée à nouveau lundi.

« Kaspersky soutient que les interdictions imposées par le gouvernement américain en 2017 aux entités fédérales et aux sous-traitants fédéraux d’utiliser les produits et services Kaspersky étaient inconstitutionnelles, basées sur des allégations non fondées et manquaient de preuves publiques d’actes répréhensibles de la part de l’entreprise », a déclaré Kaspersky.

L’Allemagne, quant à elle, a également mis en garde contre les liens présumés de Kaspersky avec le Kremlin ces dernières semaines. À la mi-mars, l’agence de cyber sécurité du pays a dit aux Allemands qu’ils devaient désinstaller le logiciel Kaspersky de leurs appareils, car cela les rendait vulnérables au piratage. Kaspersky a nié l’allégation et a déclaré qu’il n’avait aucun lien avec le gouvernement russe.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Recent Comments