Comment les entreprises de technologie réagissent à la crise en Ukraine

0
192
Comment les entreprises de technologie réagissent à la crise en Ukraine
Comment les entreprises de technologie réagissent à la crise en Ukraine

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré, jeudi, la guerre à l’Ukraine. Des avions de l’armée russe procèdent à des bombardements de sites stratégiques ukrainiens. Au sol, les combats font rage entre soldats russes et ukrainiens. L’UE et l’OTAN ont condamné ces attaques. Des sanctions ont également été prises contre les dirigeants russes, dont le président Vladimir Poutine. Les entreprises de technologie les plus influentes ont réagi à leur manière.

L’Ukraine, un hub technologique

L’Ukraine est un hub technologique en soi avec de grandes entreprises technologiques basées dans le pays, notamment Grammarly, Ajax, Preply, Reface, Readdle, Clean my Mac, SparkMail, parmi une foule d’autres startups d’innovation. Il faut ajouter à cela que le pays est un pôle d’attraction pour les étudiants du monde. Les universités ukrainiennes se caractérisent par un enseignement de haute qualité. De plus, le coût des études est très bas, comparé aux autres pays de l’Europe.

Réaction des entreprises de technologie à la crise

Pendant les crises, les plateformes sociales et technologiques en général sont abondamment utilisées pour communiquer et échanger. Cependant, il faut noter que de nombreuses manipulations, la désinformation et les incitations à la violence sont observées. Dans ce cas, les responsables des plateformes sociales et technologiques doivent lutter contre les mauvais usages des utilisateurs.

Facebook déploie une nouvelle fonctionnalité pour les utilisateurs en Ukraine

Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité chez Facebook, a déclaré qu’ils avaient mis en place un centre d’opérations spéciales avec des locuteurs natifs pour « surveiller de près la situation et agir aussi vite que possible ». Pour protéger les données des utilisateurs au cas où leur centre de données serait compromis, Cloudflare a supprimé tout le matériel cryptographique des clients Cloudflare des serveurs en Ukraine.

Facebook déploie une nouvelle fonctionnalité pour les utilisateurs en Ukraine qui leur permet de verrouiller leur compte afin que les personnes inconnues (les personnes ne figurant pas sur la liste de leurs amis) ne puissent pas télécharger, partager leurs photos de profil ou voir les publications dans leur chronologie. Le réseau social a également supprimé la possibilité d’afficher et de rechercher la liste « Amis » des utilisateurs.

Utiliser des fonctionnalités de sécurité

Twitter encourage les utilisateurs ukrainiens à utiliser des fonctionnalités de sécurité telles que l’authentification plusieurs facteurs. La société de technologie demande également aux utilisateurs de désactiver leur localisation.

Les diffusions en direct de TikTok

Les mauvais acteurs se tournent maintenant vers les diffusions en direct de TikTok pour arnaquer les utilisateurs après les manifestations anti-guerre avec des images trafiquées et du contenu recyclé, puis demandent des dons monétaires.

TikTok a déclaré qu’il prenait des mesures contre le contenu ou le comportement qui menace la sécurité de sa plate-forme, notamment en supprimant le contenu contenant des informations erronées, nuisibles, et continuera de surveiller et de consacrer des ressources à la situation au fur et à mesure de son évolution.

Uber a suspendu ses opérations en Ukraine

Uber a suspendu ses opérations en Ukraine et son équipe inter-fonctionnelle surveillera la situation et rétablira le service dès qu’il sera possible de le faire en toute sécurité. Ils ont proposé à leurs employés basés à Kiev et à leurs familles immédiates une réinstallation temporaire et volontaire dans d’autres parties de l’Ukraine ou d’autres pays.

Des entreprises comme Canvas et Grammarly ont aussi réagi

« Aucune quantité de réconfort ne remplace la peur intrinsèque, je suis inquiet pour leur sécurité », a déclaré Kevin Stephens, PDG de Canvas, à propos des travailleurs contractuels qu’il embauche en Ukraine.

« Alors que nous espérons le meilleur, nous nous sommes également préparés au pire. Cela comprend des plans d’urgence pour divers scénarios, ainsi qu’une aide financière et logistique pour mieux aider les membres de notre équipe et leurs familles à se mettre en sécurité », a déclaré Brad Hoover, PDG de Grammarly.

Pour le moment, les géants de la technologie, notamment Google, Amazon, Microsoft et d’autres n’ont pas encore réagi.

Objectif faire face au dilemme de la désinformation

La guerre en cours place les plateformes sociales dans un dilemme de désinformation. Les réseaux sociaux ont été pris entre la suppression de contenus qui incitent à la violence et la préservation de preuves d’atteintes aux droits humains et de crimes de guerre potentiels.

Laisser un commentaire

Merci d'écrire votre commentaire
Please enter your name here