HomeActualité ITLa Startup Fintech ivoirienne Djamo a lévé 14 millions de dollars de...

La Startup Fintech ivoirienne Djamo a lévé 14 millions de dollars de financement pour s’étendre en Afrique francophone.

Djamo la première Startup Fintech ivoirienne acceptée par le célèbre de startup la plus prestigieuse accélératrice Y Combinator vient de lever 14 millions de dollars de financement pour une expansion en Afrique francophone.

La startup fintech ivoirienne, Djamo de deux ans après son lancement a levé 14 millions de dollars de financement auprès de l’accélérateur renommé ainsi que de trois principaux investisseurs  Enza Capital, Oikocredit et Partech Africa  et d’autres investisseurs participants, dont Django Capital, P1 Ventures, Axion. Et lancer l’Afrique.

Djamo une startup fintech pas comme les autres

Comme la plupart des fintech en Afrique, Djamo, lancée l’année dernière par Regis Bamba et Hassan Bourgi, fournit des services financiers aux populations sous-bancarisées et non bancarisées. Elle se concentre sur les marchés francophones où moins de 25 % des adultes ont des comptes bancaires.

L’une des raisons pour lesquelles cela se produit est que les banques ont tendance à se concentrer sur les clients aisés et ceux qu’elles considèrent comme rentables pour l’entreprise. Mais alors que les banques languissaient, l’argent mobile des entreprises de télécommunications de la région a comblé le vide, et au cours des 10 dernières années, leurs portefeuilles ont atteint plus de 60% de la population – un témoignage du nombre de millions de Français. Les natifs avaient faim pour les services financiers.

Djamo permet l’interopérabilité entre les banques et l’argent mobile

Aujourd’hui, cette infrastructure et cet accès à l’argent mobile permettent à des startups comme Djamo de s’appuyer sur leur infrastructure de paiement existante pour démocratiser l’accès financier dans les secteurs de la banque et de l’argent mobile.

L’application de Djamo permet l’interopérabilité entre les banques et l’argent mobile, ce qui signifie que ses clients en Côte d’Ivoire peuvent envoyer de l’argent depuis leurs comptes bancaires vers des portefeuilles d’argent mobile et inversement; Elle a tiré parti de cette caractéristique pour créer une suite complète de services financiers.

Le premier produit de Jamo est une carte de débit alimentée par Visa qui permet aux utilisateurs de faire des achats en ligne sur des sites comme Amazon, Alibaba ou Netflix. Les autres produits incluent des comptes virtuels pour les transactions peer-to-peer, un produit pour recevoir des salaires et un produit d’épargne automatique qui fournit des conseils sur les objectifs financiers des clients. Kuda, Telda, PiggyVest, TymeBank et Koa sont quelques exemples de produits comparables à travers l’Afrique.

 

La plateforme Djamo compte actuellement plus de 500 000 clients enregistrés

 

« Avant Djamo, c’était un véritable défi pour un client moyen d’être payé numériquement car il n’était pas intégré au système bancaire », a déclaré le PDG Bourgi à TechCrunch lors d’un appel. « Nous avons trouvé le bon partenaire pour lancer ce produit et toute entreprise disposant d’un compte Djamo peut payer ses employés. Lorsque vous regardez Jamo avec d’autres produits, nous voulons que les clients gèrent mieux leur argent et les aident à planifier leur avenir. Nous ne numérisons pas nécessairement les espèces comme les portefeuilles mobiles. Nous sommes ici pour travailler du côté des finances personnelles.

Selon Bamba, directeur des produits de la société, les clients voient tellement de valeur dans les différents cas d’utilisation que Jamo a rassemblés jusqu’à présent que les fintechs comptent toujours sur le bouche à oreille en Côte d’Ivoire. La plateforme compte actuellement plus de 500 000 clients enregistrés, soit 5 fois plus que les 90 000 clients qui ont rejoint Djamo en février 2021.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Recent Comments